Accueil / Actualités en Haiti / Haïti-Rentrée parlementaire : Vers la stabilisation ? vidéo

Haïti-Rentrée parlementaire : Vers la stabilisation ? vidéo

P-au-P, 9 janv. 2017 [AlterPresse] — Le président provisoire Jocelerme Privert et le premier ministre Enex Jean Charles ont dressé un bilan positif de la gestion de l’exécutif durant les 10 derniers mois, alors que l’année 2017 se présente comme une année cruciale pour la construction démocratique, selon le président du sénat, Ronald Larêche.

 

 

 

 

C’est ce qui ressort de l’ouverture de la première session parlementaire, où le chef de l’État et celui du gouvernement se sont adressés, ce lundi 9 janvier 2017, aux sénateurs et députés réunis en Assemblée nationale, observe AlterPresse.

 

 

Dans son allocution, Privert a d’abord mis l’accent sur la situation politique, marquée par un « bond gigantesque et nécessaire vers la stabilisation » des institutions et la pacification sociale, dont témoigne la rentrée parlementaire.

Selon lui, d’importants progrès ont pu être réalisés, malgré la situation économique difficile ainsi que le passage du cyclone Matthew, qui a balayé, les lundi 3 et mardi 4 octobre 2016, 4 départements du pays.

Rappelant que son mandat spécifique était la poursuite du processus électoral présidentiel, législatif et local, enclenché en 2015, il a salué la victoire, au premier tour du 20 novembre 2016, du candidat du Parti hatien tèt kale (Phtk), Jovenel Moïse, qui aura à assumer de « lourdes responsabilités ».

Il a formé le vœu que tous les déçus des élections fassent le grand sacrifice d’organiser une opposition patriotique, démocratique, face aux nouveaux élus.

« Haïti a besoin de se relever et de regarder vers l’avant, de se projeter vers l’avenir sur le plan national, régional et international, pour innover et prendre des décisions cohérentes et porteuses d’espoir et de progrès social », estime Privert.

De son point de vue, le pays est trop souvent à la traîne, trop souvent en retard.

Il faut savoir, dit-il, anticiper les événements à venir, notamment la croissance démographique, la diminution des énergies fossiles, la transformation de la société, l’économie du numérique et les nouvelles technologies.

Pour 2017, un pacte social renouvelé est nécessaire en Haiti, souligne le président provisoire, qui remettra le pouvoir le mardi 7 février 2017.

Pour cela, le pays devra relever le défi de l’unité et la réconciliation nationale, celui de la cohésion sociale et celui de la construction d’un projet de société cohérent, dynamique et inclusive.

 

 

Le premier ministre Enex Jean Charles se félicite du fait que les élections ont pu être réalisées, avec des ressources locales, sans le support des bailleurs de fonds étrangers.

Pourtant, l’année 2016 fut une période particulièrement contraignante pour l’économie haïtienne, souligne-t-il, en raison de la crise politique et de l’effondrement de l’aide externe, lié à la chute drastique des ressources du fonds Pétro-Caribe.

Le chef du gouvernement relève une « bonne gestion des finances publiques, caractérisée par la quasi absence d’endettement additionnel de l’Etat central, durant la deuxième moitié de l’exercice fiscal 2015-2016.

Le président du Senat et également président de l’Assemblée nationale, Ronald Lareche, estime, de son côté, que 2017 peut être considérée comme une année charnière dans la transition démocratique en Haïti, où l’exécutif peine à trouver sa voie, alors que le parlement est accusé de nonchalance et d’inefficacité.

Il exhorte les pères conscrits, qui ont la responsabilité de représenter la nation toute entière, de voter des lois au profit de la population et de contrôler, comme il se doit, l’action gouvernementale.

20 sénateurs, dont 6 nouveaux élus, et 75 députés ont pris part à la séance, qui a été houleuse au début.

La rentrée parlementaire s’est effectuée sur fond de controverses, créées par l’arrestation et l’extradition aux États-Unis d’Amérique, le jeudi 5 janvier 2017, du sénateur élu Guy Philippe, accusé de trafic de drogue et de blanchiment d’argent.

 

 

Cette séance en Assemblée nationale a eu lieu en présence de quelques membres du corps diplomatique, notamment Sandra Honoré, Cheffe de la Mission des Nations unies de stabilisation en Haiti (Minustah) et Peter Mulrean, ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique en Haïti.

 

source:.-alterpresse.org

 

Commentaires

A lire aussi

ok

Gwo zen nan prizon fanm nan, yon fanm gwos yo pa konn pou kiyes. li di si met li pa reklamel limenm lap ……

Opération «Coup de poing» à la prison des femmes à Pétion-ville Accompagné de Jean Roudy ...