Accueil / Actualités en Haiti / Dans la Grand’Anse certaines écoles publiques ne sont toujours pas en fonction
ECOLE

Dans la Grand’Anse certaines écoles publiques ne sont toujours pas en fonction

Six mois après l’ouragan Matthew, certaines écoles publiques au niveau de la Grand’Anse n’ont pas ouvert leurs portes. D’autres qui accueillent les enfants se retrouvent, malgré tout, dans une situation déplorable. Pas moins de 20% des élèves ont abandonné l’école dans ce département meurtri par le passage de Matthew en octobre 2016, a affirmé le directeur départemental de l’Éducation dans la Grand’Anse.

Certaines écoles ont été réhabilitées, d’autres non. Au niveau du département de la Grand’Anse, pour recevoir le pain de l’instruction, il faut user des grand moyens, de la détermination surtout. À environ deux mois de la fin de l’année académique 2016-2017, une masse de jeunes n’arrivent pas à retrouver jusqu’à présent le chemin de l’école.

Outre les infrastructures scolaires qui ont été sévèrement endommagées au niveau de ce département dévasté par l’ouragan Matthew, il y a aussi ceux qui abandonnent le système éducatif. Primo, il y a les professeurs du PSUGO qui ont jeté l’éponge parce qu’ils n’ont pas reçu leurs salaires depuis tantôt deux ans. Secundo, les élèves dont la situation socio-économique s’empire de jour en jour en raison de l’appauvrissement de leurs parents. Sans aucune subvention de l’État, certains ont regagné le chemin de l’école, d’autres restent chez eux.




Au niveau de la commune des Irois, sur les 5 écoles nationales, seulement deux d’entre elles ont été réhabilitées aux fins d’accueillir les électeurs du 20 novembre 2016. Les autres sont toujours en ruines. Le maire principal de cette commune, Jean Pierre Wesly, éprouve une certaine indignation du fait que des centaines d’élèves vont perdre l’année académique 2016-2017 dans sa commune. Jean Pierre Wesly explique que le seul lycée de la commune n’est toujours pas réhabilité.

C’est le même cas au niveau de la commune de Pestel. Matthew, qui a tout emporté sur son passage, fragilise davantage les infrastructures scolaires dans cette commune. « Jusqu’à présent, l’État central n’a rien fait pour permettre aux écoliers de venir prendre le pain de l’instruction dans une situation normale », glisse Lavilette Evil, maire principal de Pestel. Il a raconté que cette situation a poussé le directeur du lycée à limiter le nombre d’élèves dans les salles de classe. M. Evil déplore les conditions infrahumaines dans lesquelles les jeunes reçoivent le pain de l’instruction dans sa commune.

« Le FAES a réhabilité uniquement certaines écoles qui étaient retenues comme centre de vote pour le CEP lors des dernières élections », a-t-il déploré. Le maire de Pestel estime qu’on traite sa commune en parent pauvre.

Pour sa part, le directeur départemental de l’Éducation, Jean Marcel Jeanty , dit constater une forte perdition dans le système éducatif dans la Grand’Anse en raison de la décapitalisation des parents. « Les enfants ont dû retourner dans leur localité car leurs parents n’ont pas les moyens pour les aider en ville. Le coût du loyer augmente », explique le directeur départemental de l’Éducation dans la Grand’Anse, M. Jeanty.

Par aillleurs, il a rappelé que la majorité des écoles ont été complètement détruites par l’ouragan Matthew. D’autres ont été affectées. M. Jeanty indique, sans pouvoir avancer de chiffres, qu’il y a des écoles qui ont été remis en état, tout en soulignant qu’au niveau dudit département, la phase de la reconstruction des écoles n’a pas encore démarré.

« On est toujours dans la phase de réhabilitation des écoles dans la Grand’Anse », poursuit le directeur départemental. Par ailleurs, il regrette le fait que les professeurs du PSUGO ne soient pas encore rémunérés depuis plusieurs mois.

Alors que le MENFP avait informé à travers un communiqué, en date du 15 décembre 2016, la réhabilitation de 313 écoles dans les régions affectées par l’ouragan Matthew, la scolarisation reste un défit dans diverses sections communales pour des enfants désireux de meubler leurs esprits dans la Grand’Anse.

Lu sur le nouvelliste.-

 

Commentaires

A lire aussi

mortdepreval

Les résultats de l’autopsie sur le corps de l’ancien Président René Préval

L’autopsie, effectuée en Haïti et aux Etats-Unis, sur le corps de l’ancien président haïtien René ...