Accueil / Actualités à L'étranger / L’épidémie de grippe engorge les hôpitaux français : y a-t-il encore un médecin libéral dans l’avion France (et comment en sommes-nous arrivés là) ?
ok

L’épidémie de grippe engorge les hôpitaux français : y a-t-il encore un médecin libéral dans l’avion France (et comment en sommes-nous arrivés là) ?

Atlantico : « La consigne est claire : il faut déprogrammer des activités quand c’est nécessaire pour accueillir les malades victimes de la grippe » a déclaré mercredi 11 janvier Marisol Touraine. Ne trouvez-vous pas ironique de sa part de le dire au regard de l’action du gouvernement en matière de santé ? Dans quelle mesure peut-on dire que Marisol Touraine récolte aujourd’hui les fruits d’une politique qui a notamment visé à recentrer l’offre de soin vers les hôpitaux au détriment de la médecine libérale ?

 

 

Frédéric Bizard : Le fait le plus marquant est l’amateurisme dont les pouvoirs publics français font preuve chaque année avec la grippe, et pas seulement depuis l’arrivée de Marisol Touraine. On est dans un cas typique d’absence d’anticipation face à un épisode grippale qui arrive tous les ans à la même période et dont celui de cet hiver n’a rien d’exceptionnel.

La grippe saisonnière touche chaque année de 3% à 8% de la population française, avec une moyenne de 2,5 millions de personnes atteintes. L’épidémie survient entre le mois de novembre et avril, débute souvent en décembre et dure en moyenne 9 semaines. Les plus de 65 ans représentent 5% à 10% des cas mais paient le plus lourd tribut avec la quasi-totalité des quelques 2000 décès annuels liés à la grippe. L’histoire est connue, encore faudrait-il que le Ministère s’y intéresse !

Le virus principal de cet hiver 2017, connu dès le début de saison, est de type A H3N2, cousin de celui qui avait été particulièrement mortel en 2015, avec une surmortalité de plus de 15000 personnes, majoritairement des personnes âgées. Malgré cette caractéristique connue dès septembre 2016, aucune mesure préventive à la hauteur du risque n’a été prise : pas de campagne nationale intensive de sensibilisation sur les mesures d’hygiène qui sont fondamentales, pas de mesures spéciales sur les lieux sensibles comme les maisons de retraites, ni sur la vaccination des groupes cibles …

 

 

 

La France paie à prix cher cet amateurisme puisque la Ministre a elle-même annoncé que « le bilan épidémique sera probablement lourd cette année », ce qui annonce probablement une surmortalité de plusieurs milliers de personnes. C’est en effet trop tard pour agir quand on sait que le vaccin procure une immunité deux à trois semaines après l’injection et que le pic de l’épidémie sera la semaine prochaine. Pour illustrer l’irresponsabilité face à ce risque, le taux de vaccination du personnel soignant dans les maisons de retraite est estimé autour de 35% cette année alors que la couverture vaccinale doit être de 70% au minimum chez les groupes à risques pour avoir un effet. Sur l’ensemble des groupes à risques, on est autour de 50%.

Cette crise grippale est bien, avant tout, une défaillance (on pourrait même dire une absence) de la politique de santé publique menée. Écouter la Ministre donner les instructions de management de l’activité hospitalière citées dans votre question serait drôle s’il ne s’agissait pas de vies humaines en jeu ! C’est une défaillance politique qui se traduit par des milliers de pertes humaines évitables.

Jean-Paul Hamon : La décision de déprogrammer des opérations qui ne sont pas urgentes pour libérer des lits d’hôpitaux relève du bon sens. Avec l’hiver beaucoup de personnes âgées sont hospitalisées et pour une fois le gouvernement réagit. Les afflux aux urgences hospitalières sont actuellement inadmissibles, les médecins libéraux connaissent une affluence relative alors que l’épidémie ne fait que démarrer. L’absence de régulation aux urgences des hôpitaux fait que les patients s’entassent bien qu’ils n’aient souvent rien à y faire. Les patients atteints de la grippe ont toute leur place dans les maisons médicales de garde créées par des médecins libéraux et pas aux urgences. Il n’y a pas assez d’éducation de la population sur le bon usage de l’hôpital et Marisol Touraine en porte la responsabilité.

 

 

source:.-atlantico.fr

 

Commentaires

A lire aussi

ok

Un ancien membre des Black Eyed Peas raconte son combat contre le cancer

Il a participé au succès mondial du groupe des Black Eyed Peas, Taboo, de son ...